Devenir végan. Quand la maladie vous ouvre les yeux !

Devenir végan. Quand la maladie vous ouvre les yeux !

Si vous êtes là, c’est que vous connaissez déjà mon amour pour les animaux. Pour ma santé, mais surtout pour EUX, je ne me voyais pas continué à utiliser des cosmétiques aux compositions douteuses et testés sur les animaux. Mon passage au naturel et au cruelty free s’est fait petit à petit. Et grâce à mon blog, j’espère éveiller les consciences et montrer qu’un autre type de consommation est possible ! Alors quand Angélique m’a contacté pour me parler de sa maladie, de sa transition vers le véganisme et de sa boutique en ligne (Cosmétiques Végans), j’ai eu envie de le partager avec vous. Et si jamais je dois le rappeler, ce n’est pas un partenariat. J’ai simplement été touchée par son histoire. Je lui laisse maintenant la parole, car elle vous la racontera mieux que moi.

Devenir végan : l’histoire d’Angélique

Je m’appelle Angélique. J’ai 37 ans et deux adorables petits garçons de 3 et 5 ans. Tout a commencé il y a 13 ans. Après de violents maux de tête, ma vie bascule. Je développe le syndrome d’Arnold Chiari, une maladie qui entraîne une hypertension dans la boite crânienne. Il faut opérer très vite pour éviter la paralysie des 4 membres. Je ne me rends pas compte de ce qui arrive. Je suis jeune et tout va si vite ! On me retire une partie du crâne pour soulager la pression. Mais les maux de tête n’ont pas cessé. Ils persistent, comme tous les symptômes apparus avant l’intervention. Je dois apprendre à vivre avec ces douleurs. J’essaye de faire de mon mieux au quotidien. Je travaille en pharmacie et c’est souvent difficile pour moi. Cependant, je m’accroche, car je n’ai pas le choix. Ma vie se résume à travailler et dormir (je suis très fatiguée). Pendant des années, je mène cette vie. Mais j’ai la chance d’avoir un mari formidable toujours à mes côtés.

L’envie d’être mère

Et puis un jour, j’ai envie de devenir maman. Je ne peux pas prendre d’antidouleur pendant la grossesse et je suis consciente de prendre un vrai risque pour ma santé. Mais je ne vois pas ma vie sans enfants. Alors je mène à terme deux grossesses difficiles : Eros est né en 2013 et Roméo en 2015. Mes enfants sont parfaits et en bonne santé ! Ils sont sains, ils n’ont pas le syndrome d’Arnold Chiari. Mais me concernant, les grossesses m’ont affaiblie. Beaucoup de douleurs s’installent en plus des maux de tête. Je fais de grosses crises de douleurs abdominales. J’apprends alors que c’est de l’endométriose. Il faut me retirer l’utérus.

En avril 2018, je me fais opérer. Tout se passe bien et je peux rentrer chez moi. J’ai mal au ventre, mais c’est « normal » après une telle intervention. Mais bien que j’ai l’habitude des douleurs, j’ai de plus en plus mal. Au bout de deux semaines, une grosse crise me fait tordre de douleur. Mon mari appelle les pompiers qui m’emmènent aux urgences. Les douleurs n’ont jamais été aussi fortes.

Pour la première fois, je me rends compte que je peux mourir, comme ça, en une seconde.

La remise en question

Devenir végan. Quand la maladie vous ouvre les yeux ! La remise en question

Dans une espèce de délire douloureux, je réfléchis. Qu’ai-je fait de ma vie ? De quoi puis-je être fière ? Ai-je été une bonne mère, une bonne femme, une bonne amie, fille ou sœur ? Qui ai-je fait souffrir. A ce moment, je comprends.

Pour me nourrir, j’ai fait souffrir et mourir des milliers d’êtres vivants. Était-ce vraiment indispensable ? Non !

Et si j’ai une seconde chance, je l’utiliserai pour protéger les plus faibles. Je ne veux plus être responsable de la souffrance ou la mort de qui que ce soit. Je deviendrai végane !

Une seconde chance

Cette douleur insupportable est due à une péritonite aiguë. Il s’agit d’une complication rare de la première opération (hystérectomie). Je suis opérée en urgence. Les médecins sont inquiets, je suis très faible. Mais je survis ! La voilà ma seconde chance ! Je me remets sur pied lentement, mais je ne lâche rien.

Je deviens végane du jour au lendemain, malgré l’avis de mes proches. Cautionner toute cette violence est impossible. Je fais une croix sur la pharmacie et je décide de me battre contre les expérimentations animales.

Je fais des recherches. Et je me rends compte qu’il existe une loi qui interdit les tests de laboratoire pour les cosmétiques. Malheureusement, celle-ci est (très) facilement contournable et comporte de nombreuses exclusions. Par exemple, il suffit qu’une marque souhaite conquérir le marché chinois pour qu’elle soit obligée de procéder à des tests sur les animaux. Ou, autre exemple, que ses produits contiennent une molécule ou un ingrédient nouveau pour que ces tests soient justifiés aux yeux de la loi.

La naissance de Cosmétiques Végans

Devenir végan. Quand la maladie vous ouvre les yeux ! La naissance de Cosmétiques Végans

La voilà ma cause !!! Je rencontre des associations de protection animale. Je découvre alors que la réalité est bien pire que ce que je pouvais imaginer. Que puis-je faire pour lutter contre ça ? M’attaquer aux grands groupes de cosmétiques français ? En ai-je la force et l’énergie ?

Je décide alors de créer une boutique en ligne de cosmétiques végans. Les produits sont non testés sur les animaux et sans matière d’origine animale. Des cosmétiques naturels, écologiques et sans ingrédients controversés. J’analyse avec soin la composition de chaque produit. Mes années d’expérience et ma formation en pharmacie me sont bien utiles. De plus, je fais des recherches sur les valeurs et l’éthique de chaque marque.

C’est ainsi qu’est né le site Cosmétiques Végans le 1 novembre 2018. J’essaye d’éveiller les consciences et de sensibiliser le grand public. C’est un vrai projet de cœur.

Le mot de la fin

Devenir végan. Quand la maladie vous ouvre les yeux ! Le mot de la fin

Aujourd’hui, je vis toujours avec mes douleurs quotidiennes. Mais j’ai le sentiment d’agir dans le bon sens, même si ce n’est qu’à mon petit niveau. Nous pouvons tous faire un geste pour être plus responsable. Pour respecter les animaux, notre santé et la planète, il suffit de choisir des cosmétiques éthiques et végans. Il faut que ces produits deviennent la norme pour qu’aucun lapin, souris, chien, chat ou autre animal ne soit torturé au nom de la beauté ou de la recherche.

Pour une beauté sans cruauté : https://cosmetiquesvegans.com

Un grand MERCI à Eva qui m’a encouragée à raconter mon histoire personnelle.

Angélique

J’espère que l’histoire d’Angélique vous aura touché autant qu’à moi. Je te remercie d’avoir écrit cet article avec moi et d’avoir laissé une trace de ton passage sur mon blog. Et surtout, merci de contribuer, à ton échelle, à la fin des cosmétiques testés sur les animaux.

Encore une fois, n’hésitez pas à aller sur son site. Il y a tout un tas de jolies marques cruelty free avec de supers produits bons ! Et si vous souhaitez lui apporter votre soutien et lui donner plein de courage, vous pouvez le faire en commentaire. Je suis sûre qu’elle sera très heureuse de vous lire !

Like a princess

Ces articles peuvent vous intéresser

27 commentaires

  1. L’histoire d’Angélique est très touchante ! C’est dans les épreuves de la vie qu’on se pose de grandes questions et qu’on prend un grand virage !
    Concernant la cosmétique, pour ma part, je n’achète plus de produits non cruelty free, et je vide petit à petit ce qu’il me reste pour ne garder que l’essentiel. Plus les années passent et moins j’ai envie de m’encombrer en fait.
    Bises
    elsa

    1. Coucou,
      Oui, les moments difficiles nous poussent souvent à voir la vie d’une autre façon…
      Pour les cosmétiques, je te rejoins parfaitement. Pour moi, l’environnement, les animaux et mon porte-feuille, je me dirige de plus en plus vers le zéro déchet et les produits naturels 🙂
      Bisous

  2. Merci pour ce témoignage j’aime beaucoup ce genre d’articles !
    Je ne suis pas vegan, et je ne pense pas pouvoir l’être mais j’utilise des produits naturels et cruelty free le plus possible
    Bises

  3. Même si je ne suis pas touchée par la maladie… j’essaye toujours de privilégier le bio et le naturel… pour moi, mais surtout pour mes enfants!

  4. A la maison nous ne sommes pas vegan mais pourtant on se sent plus que concerné par la cause animale. Ca peut sembler paradoxal, mais tout ce qui n’est pas alimentaire est vegan. Et en ce qui concerne la viande, on en consomme peu et on consomme de la viande locale, bio, élevée en plein air… il nous reste des choses à faire pour avancer… j’imagine que notre futur départ vers l’asie nous fera changer aussi, notre façon de manger…
    Magnifique témoignage qui fait réfléchir en tous cas.

    1. Coucou,
      C’est déjà une belle prise de conscience ! Il faut y aller petit à petit, et qui sait, peut-être qu’un jour vous franchirez le pas du tout vegan 🙂
      Belle soirée 🙂

  5. Hello! Article très intéressant. J’avais cependant envie de partager une information qu’une amie travaillant dans les cosmétiques m’a dit : en Europe, c’est très rare que les boites testent sur les animaux leurs produits, mais s’ils veulent vendre en Chine, ils sont obligés (question de réglementation). C’est fou non ?

  6. Pour ma part, je ne pourrais jamais être vegan… par contre, ça ne m’empêche pas d’être interpellée par le label vegan sur les produits de beauté qui sont souvent meilleurs pour la santé

  7. Coucou !
    J’aime beaucoup ce style d’article invité qui permet de faire de belles découvertes sur des blogs qu’on lit. Je suis très touchée par l’histoire d’Angélique, et je compatis à ces douleurs. J’ai eu des douleurs é l’épaule très intense et c’était vraiment horrible. Heureusement pour moi l’opération les a fait disparaitre.

  8. on a presque la même histoire, je souffre aussi d’endométriose et c’est pas facile.
    Chaque année je me fais opérer et c’est très lourd…
    Après je me vois pas changer de vie du jour au lendemain mais j ai changé pas mal de choses comme utiliser des cosmétiques bio et cruelty free 😉

  9. Coucou 🙂 Merci pour ton article ! Personnellement, je ne suis pas vegan (même si on ne mange pas beaucoup de viande à a maison) et je t’avoue que j’aurais du mal à le devenir. Bon après, je ne sais pas de quoi l’avenir sera fait donc peut-être que…

  10. COucou.
    Je comprends ta démarche.
    j’ai la chance d’être en bonne santé, mais je ne supporte plus les lobbies et poisons qu’on peut nous mettre dans les cosmétiques.
    Mon objectif de l’année est d’être 100% naturel.
    Des bises

  11. Coucou,
    Oh effectivement c’est une histoire très touchante ! Pour ma part, je ne suis pas vegan mais je digère mieux depuis que je consomme du lait végétal à la place du lait animal, ça paraît tout bête comme changement mais je me sens moins gonflée ! Sinon je ne mange pas de viande et j’essaie d’acheter responsable et éthique car je n’aime pas l’idée qu’un animal souffre ^^
    Des bisous et bravo pour ce bel article !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.